Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil > Les Départements > Infection, Immunité, Inflammation > Equipe A. Hosmalin
Navigation

Equipe : Présentation de l’antigène par les cellules dendritiques

Responsable : Anne HOSMALIN

 

image.2007-02-02.1614019103.gif


 

   Les cellules dendritiques (DC) sont les seules cellules capables de présenter les antigènes aux lymphocytes T naïfs et elles sont les principales productrices d’interférons de type I (IFN-I) en réponse aux virus: elles sont cruciales pour l’immunité adaptative, la tolérance et l’immunité innée.

    Nous étudions les voies de présentation de l’antigène dans les DC humaines. Nous avons montré que les DC effectuent la présentation croisée d’antigènes du VIH à des lymphocytes T spécifiques CD8+ très efficacement à partir de cellules infectées non seulement apoptotiques, mais aussi vivantes. Nous évaluerons si cela induit l’immunité ou la tolérance. Nous avons dévoilé le rôle de l’enzyme TPP-II dans le clivage C-terminal d’un épitope classe I-restreint du VIH, rôle dévolu jusqu’alors au protéasome. Nous explorerons le rôle de TPP-II vis-à-vis  d’un vaccin lipopeptidique contenant le même épitope. Comme les vecteurs vaccinaux actuels sont peu immunogènes, nous avons organisé avec d’autres un réseau collaboratif pour identifier les activités déficientes éventuelles de ces vecteurs sur les DC.

    Nous étudions le rôle des différentes populations de DC isolées ex vivo du sang et de la rate dans la production d’IFN-I et dans la présentation croisée. Nous étudierons la microanatomie de la réponse immune dans les rates de donneurs sains et VIH+.

    Nous dirigeons un réseau collaboratif sur le rôle des DC dans la physiopathologie du SIDA. Après avoir découvert le déficit du nombre des DC circulantes en cytométrie de flux lors de l’infection, nous montrons une forte diminution de la production d’IFN-I dans la primo-infection. Nous essayons de corréler numération des DC, production d’IFN, réponses T et contrôle de la réplication. Nous comparons l’infection par le VIH et des modèles d’infection pathogène ou non chez le singe.

    Nos résultats devraient aider à trouver de meilleurs protocoles vaccinaux et d’immunothérapie et des paramètres prédictifs pour aider aux décisions thérapeutiques.

 

 

Départements